Catégorie : <span>Tracts</span>

Catégorie : Tracts

La direction d’Ouest-France doit ouvrir les yeux

Réunie en assemblée générale le mardi 8 novembre 2022, la section syndicale SNJ d’Ouest- France a adopté à l’unanimité la motion suivante qui traduit un sentiment croissant d’inquiétude, d’incompréhension et de mécontentement au sein de la rédaction.

Dix ans sans augmentation générale des salaires

Dix ans : ça fait dix ans, cette année, que la direction d’Ouest-France s’obstine à refuser toute augmentation générale et négociée des salaires du personnel. Quand les résultats sont bons, elle dit qu’elle « ne peut pas distribuer l’argent qu’elle n’a pas ». Quand les résultats sont moins bons, comme cette année, elle dit : « On n’a pas de marge de manœuvre. » Le principe, en tout cas, ne change pas : plus question de négocier avec l’ensemble des syndicats. (la suite sur le document ci-dessous)

Ouest-France, c’est aussi un peu nous !

Réaction d’une collègue reçue samedi par le SNJ : « Colère de lire une telle prise de position à la-quelle tout le journal est associé dans cette simple phrase : “Ouest-France a toujours été opposé à l’eu-thanasie.” Et le journal, c’est aussi moi, un peu. […] Honte de lire ça quelques jours après le témoignage si poignant de ce médecin en fin de vie, malade d’un cancer, qui veut pouvoir choisir quand il dira stop à la souffrance. »

(suite sur le document ci-dessous).

Le plan de licenciements dans le secteur industriel franchit une nouvelle étape

Le plan de licenciements dans le secteur industriel a franchi une étape importante le 5 septembre. Le comité économique et social (CSE) a rendu son avis (consultatif) sur le projet présenté par la direction début juillet. À l’unanimité, les élus du personnel se sont abstenus d’approuver ce plan de départs volontaires qui vise à supprimer une soixantaine d’emplois à Ouest-France en arrêtant deux rotatives. (La suite sur le document ci-dessous).

Nous attendons une gestion des carrières plus humaine et plus transparente

« Nous ne pouvons distribuer l’argent que nous n’avons pas », a répété le directeur général au fil des réunions de la négociation annuelle obligatoire (NAO) 2022. À la demande unanime des syndicats d’un rattrapage des salaires pour compenser la baisse de pouvoir d’achat due à l’inflation, la réponse de la direction d’Ouest-France est, une fois encore : ZÉRO. [la suite sur le document ci-dessous].

8-Mars : la direction d’Ouest-France doit s’attaquer aux inégalités salariales

Question rituelle en cette Journée internationale des droits des femmes : quid des inégalités salariales entre hommes et femmes journalistes à Ouest-France ? Quelques données portant sur les salariés en CDI à temps complet pour se faire une idée :

(lire la suite sur le pdf ci-dessous)

En complément au tract diffusé ce jour, ces deux « camemberts » : en haut, les journalistes à un échelon supérieur ou égal à 164,31 ; en bas, un zoom sur les journalistes des échelons 190, 200 et au-dessus de 200. On vous laisse deviner quelle est la couleur des femmes et celle des hommes.