Le blog du SNJ Ouest-France

Avec France Live, la PQR veut faire la nique aux Gafa

Le site France Live (https://www.francelive.fr/) a été récemment lancé sur le web. Cet « agrégateur de contenus », à l’initiative de Sipa (groupe qui contrôle Ouest-France), présente des articles, vidéos et sons fournis par des titres de la presse quotidienne régionale, ainsi que L’Équipe et l’éditeur de magazines Condé Nast. Le directeur du développement numérique d’Ouest-France, qui a présenté le site au CSE, espère l’adhésion du Monde et indique que cette nouvelle plateforme se veut « la plus ouverte possible ». [lire la suite sur le document ci-dessous]

La vidéo, le futur de l’information…

Le service vidéo est en pleine mutation. « D’ici cinq ans, prédit Éric Bullet en charge de la vidéo à Ouest-France, 85% des données consultées sur le web seront des données vidéos. » Le rédacteur en chef délégué travaille depuis presque deux ans à faire évoluer la vidéo… [Lire la suite dans le document ci-dessous]

Projets sports, locales, SR, régions : quand il y a du flou…

Et si Eidos avait tenu ses promesses ? Et si le système éditorial qui nous coûte si cher avait réellement permis les gains de productivité qu’avait fait miroiter son fabricant à nos dirigeants ? Est-ce que la rédaction en chef serait encore en train de grappiller les postes ici et là pour pouvoir multiplier les SR web, qui portent ses espoirs de faire d’ouest-france.fr « la première plateforme d’information française » ?

Difficile de ne pas se poser ces questions quand on découvre les drôles de projets bâtis à la hâte pour réorganiser, dès la rentrée prochaine, les services des sports, des régions, les locales, les SR. Autrement dit, une grosse partie de la rédaction. Et les services des pages générales ne perdent rien pour attendre, il se dit dans les couloirs qu’ils y auront droit bientôt. (lire la suite sur le document ci-dessous).

Le groupe SIPA projette de transférer la rotative d’Angers à Nantes en 2023

Des éditions du Courrier de l’Ouest du jeudi 22 avril 2021 comme celles du Maine-Libre étaient absentes des kiosques et des boîtes à lettres de ses abonnés. Et pour cause : la veille, mercredi 21 avril 2021, la direction du Courrier de l’Ouest a annoncé son projet de déménagement de la rotative d’Angers à Nantes en 2024, qu’elle a confirmé jeudi 22 avril lors de l’assemblée générale de la Filpac-CGT devant les ouvriers du site angevin… Lire la suite dans le tract ci-dessous :

L’entreprise aussi peut agir de façon citoyenne

Lors du CSE extraordinaire du vendredi 2 avril, la DRH a fortement insisté sur la demande citoyenne faite par le président de la République pour les quatre semaines à venir : un effort temporaire pour le bien de tous ! (lire la suite sur le document ci-dessous)

Projet de charte informatique : les élus tiquent

Un projet d’évolution de la « charte informatique et des nouvelles technologies d’information et de communication », présenté aux élus lors du CSE, a suscité nombre de questions et de remarques.

Ce document juridique de quatorze pages (!) prescrit les conditions dans lesquelles tous les salariés accèdent aux ressources informatiques et il régit l’utilisation des outils. Présenté par le chargé de la cybersécurité du groupe comme « plus précis », les élus, eux, ont pointé ses manques et imprécisions par exemple, la protection des ressources personnelles sur les smartphones dont l’usage privé est reconnu par l’entreprise, et la question de la protection des sources des journalistes. Si le directeur des services juridique et financier assure que cette charte n’est pas faite pour « fliquer ou sanctionner », on aimerait quand même savoir à quoi s’exposerait un salarié qui ne se plierait pas aux consignes. La charte interdit ainsi l’usage professionnel des téléphones personnels, alors que les CDD ne sont pas tous équipés de smartphones professionnels et qu’il leur est expressément demandé d’utiliser le leur. Ajoutons que les salariés n’ont jamais bénéficié de sensibilisation ou de formation à la cybersécurité.

→ Lire la suite…« Projet de charte informatique : les élus tiquent »