Étiquette : <span>CDD</span>

Étiquette : CDD

Réorganisation du service RH : un incompréhensible pataquès

« Il faut beaucoup d’imagination pour savoir en quoi consiste la réorganisation du service RH », a constaté le SNJ, lors du CSE du jeudi 21 janvier. Les élus étaient invités à donner leur avis sur cette réorganisation, mais en étaient bien incapables, faute de comprendre le projet présenté par la directrice des ressources humaines. Après avoir pointé que l’organigramme qu’on leur proposait était inexact, ils ont fait remarquer qu’ils ne disposaient d’aucune fiche de poste ni d’évaluation de la charge de travail avant/après, qu’aucune formation ne semble prévue… Idem pour les buts de cette réorganisation. L’un des objectifs, « développer les managers » laisse perplexe ; tout comme « anticiper et prévoir les compétences futures », quand on sait que la politique de « gestion prévisionnelle des emplois et des compétences » est tombée à l’eau ces dernières années, sans que les élus sachent clairement pourquoi… [lire la suite sur le document ci-dessous]

Des résultats 2020 pourtant « pas si mauvais que ça »…

Comité social et économique (CSE), commission rédaction, négociation annuelle obligatoire : les dernières réunions paritaires de décembre ont été à l’image de l’année 2020. Dans un contexte plus compliqué que jamais, parfois chaotique, Ouest France ne s’en sort, finalement, pas si mal. Les efforts constants et la capacité d’adaptation des salariés y sont pour beaucoup. La direction le reconnaît volontiers. Toutefois, qu’ils soient ouvriers, employés, cadres ou journalistes, les salariés, qui terminent l’année sur les rotules, seront nombreux à constater que 2020 ne leur aura pas apporté la reconnaissance sonnante et trébuchante qu’ils attendent parfois depuis longtemps. Ouest France investit, rémunère son actionnaire, rachète des concurrents, mais continue de tirer sur la corde salariale, en gelant les rémunérations, réduisant les effectifs et entretenant une précarité jamais connue auparavant. [lire la suite dans le document ci-joint]

Droits d’auteur : un gros problème de transparence

Les journalistes, comme tous les auteurs, conservent un droit moral et patrimonial sur leurs œuvres. C’est la loi. Principale disposition de l’accord « droits d’auteur » signé par la direction et les syndicats de journalistes, en 2012 : au-delà de 24 heures après la parution dans Ouest-France ou sur le site ouest-france.fr, l’exploitation des productions des journalistes (textes, vidéos, photos, dessins…) doit être rémunérée par une prime de droits d’auteurs, qui vient en plus du salaire.

L’accord, basé sur la solidarité, prévoit que tous les journalistes touchent une prime, qu’ils soient reporters ou secrétaires de rédaction, permanents, CDD ou pigistes. La prime, versée en février de chaque année, comporte une part fixe et une part variable. Cette dernière est calculée selon une formule qui s’applique principalement au chiffre d’affaires publicitaire des sites internet d’Ouest-France. 

Problème : depuis 2019, le site principal, ouest-france.fr abrite aussi les sites des autres titres du groupe (Presse Océan, le Courrier de l’Ouest, le Maine Libre). Lesquels ont aussi des journalistes qui perçoivent des droits d’auteurs. Comment, dès lors, est calculé le chiffre d’affaires publicitaire qui sert d’assiette à la prime des journalistes d’Ouest-France ? Depuis février dernier, le SNJ pose la question à la direction. [lire la suite sur le document ci-joint]